• Andrea de Zhandumaya

J'ai arrêtée la pilule

Au cours de l'année 2014, à l'âge de 25 ans et après de plus de 10 ans de prise de la pilule contraceptive, je décide d'arrêter de prendre un médicament dont j'estime ne pas avoir besoin.


A la base (et comme la plupart d'entre nous) j'ai commencée à prendre la pilule à 14/15 ans suite à ma première visite gynécologique, où un monsieur en blouse blanche, après avoir ausculté les parties les plus intimes de mon corps sans aucun préambule, m'a filé une ordonnance pour des pastilles que j'allais devoir prendre tous les jours jusqu'à...attends...il n'a jamais dit jusqu’à quand j'allais devoir prendre le traitement, ni pourquoi je devais le prendre (à l'époque je n'avais pas de rapports sexuels). Il m'a juste dit que j'allais avoir une jolie peau et des beaux cheveux, chose que je n'ai pas trop compris car à l'époque j'avais une chevelure qui frôlait la perfection et aucun bouton sur le visage mais je reviendrais sur ce sujet un peu plus tard. ..


Bref, j'ai quitté ce cabinet complément bouleversée sans trop comprendre ce qui m'était arrivé mais j'ai accepté la situation car si c'est le médecin qui en a décidé ainsi, c'est que ça doit être bon pour moi n'est ce pas?


Les années passaient, et même si par la suite j'étais contente d'avoir une contraception, je me posais énormément de questions par rapport à la pilule, je ne me sentais pas maître de mon corps et j'avais des sérieux doutes quant au fait que ce soit bon pour ma santé. J'ai décidé d'arrêter la pilule.


Les premiers temps, malgré des règles moins régulières, j'étais super contente d'avoir arrêter la prise de la pilule : plus de réactions émotionnelles inexplicables, plus de sécheresse vaginale, plus de migraines et une libido au top. Je reprenais enfin le contrôle de mon corps, je me sentais comme libérée d'une emprise, je me sentais à nouveau moi-même mais ce bonheur-là, n'a pas duré très longtemps.


L'arrêt de la pilule a engendré en moi, un dérèglement hormonal aigu qui s'est traduit par des problèmes digestifs, fatigue extrême, transpiration excessive et malodorante, ongles cassants et striées, acné, mélasma (tâches pigmentaires sur le visage) et chute importante des cheveux.



Grâce à la naturopathie et à de l'acupuncture, j'ai pu géré mon dérèglement hormonal mais c'était une période très difficile pour moi physiologiquement car à l'intérieur je me sentais beaucoup mieux que sous la (em)prise de la pilule mais je détestais mon apparence physique!


Moi qui n'avais jamais eu de boutons sur le visage, qui arborais fièrement ma crinière de lionne jusqu'au fesses, qui n'avais jamais dégagé d'odeurs corporelles même lorsque je fessais du sport, après mon dérèglement hormonal, j'étais l'ombre de moi-même : je puais le bouc peu importe quel déodorant j'utilisais, j'avais de boutons kystiques gros comme des pièces de monnaie sur le visage, dos et décolleté, j'avais ce que l'on appel le "masque de grossesse" sans jamais être tombé enceinte et j'avais perdu plus de 50% de ma chevelure...bref, la cata :-(


Ma mère qui souffrait tout autant que moi, de me voir dans cet état, m'a emmenée voir tous les dermatologues de la ville, qui m'ont tous conseillés de reprendre la pilule ou pire encore, de prendre le roaccutane mais moi je ne voulais plus entendre parler de médicament, je me sentais trahis par les médecins et l'industrie pharmaceutique. Il était hors de question pour moi de reprendre la pilule qui était la cause de mes problèmes ou de prendre un médicament qui risquait de m'enfoncer dans la dépression, voire pire.


On s'est tourné alors vers la cosmétique naturelle. Ma mère m'a achetée toutes les crème et onguents bio du marché mais je n'étais jamais entièrement satisfaite : si le déo sentait bon, il ne marchait pas, si la crème diminuait la taille de mes boutons je brillais comme un sapin de Noël, si le shampoing moussait cela n'avait aucun effet sur la chute de cheveux....


Un beau jour, je suis tombé sur une publicité pour une formation en cosmétique naturelle et là, c'était l'évidence. Il fallait que j'apprenne à formuler et fabriquer mes propres cosmétiques, en qui je pourrais avoir 100% confiance et surtout qui conviendraient exactement à mes problèmes.


Avec ma mère, nous avons donc suivi cette formation ensemble et cela nous a permis de créer nos premiers cosmétiques qui se sont avérés très efficaces dès les premières utilisations. Très vite, nous avons remarquée une importante amélioration de l'état de ma peau et cheveux, ce qui a interpellé aussi mon entourage qui me demandait ce que j'avais fais.



En parallèle, on prenait énormément de plaisir à fabriquer des cosmétiques ensemble et à les offrir à nos proches à toute occasion.


Au début, on voyait ça comme un hobbie mais au fur et à mesure que les gens nous redemandaient nos produits, nous avons pris conscience qu'il y avait une réelle demande. C'est ainsi qu'est né notre bébé Zhandumaya !


A nos début, notre gamme se composait uniquement d'un shampoing solide, un déodorant et un duo de sérums pour le visage. Ce qui m'a permis de régler mes problème de peau, cheveux et puanteur lol. Par la suite, avec ZhanduMama, nous avons décidé de participer à d'autres formations en cosmétique naturelle afin de peaufiner notre gamme qui compte une vingtaine de produits cosmétiques et accessoires zéro déchets.


La morale de cette histoire pour nous c'est que tout événement négatif qui t'arrive dans la vie peut être tourné de manière positive!